Chris Green
Chris Green
strategiq

Si vous ne faîtes pas le point avec vous-même, si vous validez vos propres performances et vos méthodes, si vous partez du principe que vous vous en sortez bien parce que vous avez “X années d’expérience”, vous pouvez devenir incompétent-e sans même vous en rendre compte.

Salut Chris! Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi?

Je suis Directeur de Recherche chez StrategiQ, une agence de marketing basée dans l’est de l’Angleterre et dans les Midlands au Royaume-Uni. Mon job consiste d’abord à me concentrer sur les performances de nos clients, qu’ils développent des projets, qu’ils proposent des services marketing ou qu’ils soient spécialisés en campagnes en mono canal.

Techniquement, je suis Technicien SEO, même si j’ai d’abord travaillé sur le contenu et Paid Search à la base. Je gère la majorité du travail sur Google Analytics/GTM et Data Studio via l’agence et je forme rapidement les membres de l’équipe sur ce domaine.

En dehors des heures de travail j’écris régulièrement pour State of Digital et je me suis engagé pour donner des conférences tout au long de l’année pour BrightonSEO, State of Digital, Search London, Digital Olympus et Optimisey. Je suis aussi formateur certifié pour SISTRIX au Royaume-uni, une plateforme qui m’obsède un peu ces derniers temps. J’aime aussi les Webinars et les podcasts et j’ai collaboré avec SEMRush sur différents sujets l’année dernière.

Aujourd’hui, une grosse partie de mon travail est basé sur la formation et les conférences , et je me suis bien fait connaître grâce à ça. Ça m’a beaucoup fait réfléchir et prendre du recul sur le SEO et la recherche. En tant qu’industrie, nous avons tendance à réfléchir de manière trop étroite et cela peut causer des problèmes. Ce qui me frappe le plus c’est la façon dont nous validons nos connaissances alors que nous ne pouvons rien prendre pour acquis. “Ce qui marche” souvent n’est pas la meilleure chose à faire NI ce qu’il faut faire.

Mes dernières publications concernaient la façon dont nous nous testons nous-même et nous empêchons de devenir inconsciemment incompétent-e-s, ce qui nous devrait tous nous concerner.

Qu’est-ce que tu veux dire par “devenir inconsciemment incompétent-e”?

Pour faire simple, “devenir inconsciemment incompétent-e” c’est devenir moins efficace ou moins capable de faire notre travail sans s’en rendre compte.

Donc si vous ne faîtes pas le point avec vous-même, si vous validez vos propres performances et vos méthodes, si vous partez du principe que vous vous en sortez bien parce que vous avez “X années d’expérience”, vous pouvez devenir incompétent-e sans même vous en rendre compte.

C’est là que la Matrice de Compétence Consciente entre en jeu.

Comment fonctionne la Matrice de Compétence Consciente ?

Matrixe de Compétence Consciente montrant les quatre phases

La matrice illustre simplement comment une personne passe par les différents niveaux de développement alors que ses connaissances augmentent. Ça commence par “ne pas savoir ce qu’on ignore” (Incompétence Inconsciente) pour finir par être “efficace sans efforts” (Compétence Inconsciente).

Les deux étapes intermédiaires soulignent les différentes étapes de formation, être conscient qu’on a besoin de se développer (Incompétence Consciente) et ensuite un niveau de compétence qui doit être recherché et maintenu activement.

Il est particulièrement intéressant de voir où les gens se situent. Les gens que je forme et avec qui je travaille quotidiennement se situent généralement entre l’incompétence consciente et la compétence consciente. Nous travaillons à produire un environnement dans lequel les gens se sentiront à l’aise et pourront se remettre en question pour accéder au niveau d’apprentissage suivant (ce qui n’est pas toujours facile!).

Cependant, si vous allez à une fête organisée avant un conférence majeure, vous trouverez toujours des gens qui pensent “tout savoir” et qui sont seulement venu pour boire un coup parce qu’ils ne leur restent plus rien à apprendre. J’ai travaillé avec ce type de personne plus d’une fois, et dans leurs têtes, ils se disent que leurs parcours d’apprentissage est arrivé à son terme.

Il y a tellement de personnes qui souffrent (publiquement) du syndrome de l’imposteur, mais je pense sincèrement que l’on peut souffrir d’incompétence inconsciente ET avoir constamment l’impression d’être un imposteur.

C’est presque un cas de “J’ai l’impression de ne pas être asses doué-e pour réussir” mélangé à “ce n’est pas de ma faute si ça ne marche pas” (une sorte de victimisation). C’est un état d’esprit assez conflictuel dans lequel on peut se retrouver et qui vient généralement d’un mélange de stress et d’anxiété. cela dit j’ai rencontré plein de SEO qui ont l’impression de ne pas être à leur place mais qui sont en fait très bon dans leur travail.

En quoi est-ce si mauvais pour les SEOs en particulier d’être incompétent inconsciemment?

Il y a tellement peu de choses que nous faisons qui est gravé dans le marbre et tellement de nos compétences qui sont basées sur notre réactivité! L’incompétence peut se jouer à une mise à jour en retard d’algorithme. Cela dit, il y a beaucoup de choses que l’on peut faire pour gérer ça.

Qu’est-ce qu’il faut selon toi pour qu’un-e SEO soit compétent-e?

Je pense qu’être compétent-e en SEO passe par :

  • Être curieux/curieuse
  • Passer en revue les conséquences de nos actions
  • Saisir l’opportunité de recréer des résultats partout où c’est possible

Bien sûr, il y a des compétences relativement techniques dont nous avons besoin plus largement, les voici :

  • Comprendre le fonctionnement des moteurs de recherche
  • Comprendre ce qui motive les moteurs de recherche
  • Savoir ce que veulent les utilisateurs et comment les satisfaire
  • Comprendre ce qui fonctionne (par ex. comment bien classer un site web).

En quoi le fait qu’il y ait peu ou pas de formation officielle en SEO joue un rôle là-dedans?

Une formation officielle a deux énormes avantages : une formation qui est validée par une organisation primée et un système de notation reconnu pour évaluer votre niveau en fin de formation. Pour le moment en SEO il n’y a pas de système “standard” d’évaluation de compétence reconnu, et il y a beaucoup de débat sur ce qu’il faut pour être compétent dans ce domaine.

Il est tout à fait possible d’avoir un très bon niveau de formation, un mentor qui vous challenge et vous pousse, mais cela dépend surtout de l’endroit où vous travaillez (par exemple les grandes agences de SEO ont une impacte significative en ce qui concerne la formation). Ce qu’il manque c’est un accord unilatéral de ce qui est “ a l’air bien”, ce qui rend les choses compliquées.

Je pense sincèrement qu’il y a un certain nombre de gens qui ont su compléter les lacunes des institutions éducatives, ceux qui font des recherches, qui s’interrogent, qui enseignent et mènent les réflexions au sein de l’industrie. Cela dit, il y a beaucoup d’inquiétudes à propos de qui est reconnu et pourquoi (peut être que ce qu’on sait est juste amplifié par écho au sein de notre communauté, et qu’on devient tous moins qualifiés dans notre travail sans qu’on s’en rend compte? Quelle ironie du sort si c’est le cas!) 🙂

En quoi est-ce que l’incompétence inconsciente porte préjudice à l’industrie SEO?

Les dégâts sont minimes. L’industrie SEO est toujours en forte croissance, nos compétences sont de plus en plus recherchées, c’est généralement bon signe!

Cependant, ce qui cause le plus de dommage, c’est probablement la perception de ceux qui voient ça de l’extérieur. Une confiance aveugle en ses capacités sans être capable de rendre le travail demandé renforce l’idée que le SEO est une arnaque (ça et les vrais arnaqueurs toujours à l’oeuvre)

Une crise d’identité quasi-constante ET le fait que nous finissons par croire/partager des informations qui sont fausses ou incorrectes n’aide personne. L’exemple le plus parlant est la débâcle des balises rel=next/prev. Google a fait une erreur, et alors qu’ils n’ont pas géré toute cette affaire comme ils auraient du le faire, l’impact s’est fait ressentir : beaucoup de gens (moi inclus) ont passé les dernières années à mettre en place un standard technique qui n’était pas utilisé.

Ce genre d’incompétence a des répercussions financières et n’arrange pas la réputation des SEOs. Je ne sais pas comment nous pouvons (en tant qu’industrie) éviter d’être induit en erreur par Google, mais nous devons nous assurer que ce genre d’incident soit extrêmement rare.

Que peut-on faire pour prévenir les dommages causés pas l’incompétence inconsciente sur l’industrie SEO?

Je teste depuis quelques temps une sorte de structure mentale pour aider à rester critique sur ce qu’on fait. Dans sa forme la plus simple, elle consiste à se poser les questions suivantes :

  1. Qu’est-ce que j’espère réussir avec ce changement?
  2. Pourquoi est-ce que je pense que mes actions mèneront à ce résultat?
  3. Quel a été le résultat?
  4. Pourquoi ce résultat?
  5. Qu’est-ce que j’ai besoin de changer la prochaine fois OU comment puis-je recréer ce résultat de manière fiable?

Cette approche peut vraiment vous aider à comprendre ce que vous faites et pourquoi, de le défendre auprès de quelqu’un (ou d’expliquer vos actions) et ensuite d’interroger les résultats obtenus. Bien sûr, cela dépend entièrement de l’honnêteté des gens avec eux-mêmes!

Autre point clef, si vous êtes nouveau en SEO, il est peu probable que vous ayez réponse aux questions 2, 4 et 5. Même si vous n’êtes pas nouveau en SEO, être entouré de gens qui vous aide à avoir un esprit critique et qui vérifient/valident votre approche peut aider.

Mettez en lumière vos erreurs et vos échecs autant que vos succès, mais s’il vous plaît, faites le de manière constructive. Partager un retour d’expérience avec des moyens d’actions peut être difficile. C’est plus facile à gérer dans un environnement contrôlé, mais si vous partagez vos retours sur les réseaux sociaux, où il y a trop de warriors du claviers, le débat constructif ne fera pas long feu.

Si vous ne devez faire qu’une seule chose, restez curieux et curieuses avant tout. Dès l’instant où votre curiosité diminue, tout le reste peut diminuer du même coup.

Continuer à lire des entretiens approfondis avec des spécialistes en SEO

Vous pouvez lire nos éditions précédentes de SEO en Gros Plan ici :

Steven van Vessum
Steven van Vessum

Steven est le Chef de l’expérience client dans l’entreprise ContentKing. Cela signifie qu’il s’occupe de tout lié avec les clients et avec l’inbound marketing. C’est là où il veut être. Il aime améliorer le référencement des sites web dans les moteurs de recherche et parler de l’inbound marketing.

Commencer votre essai gratuit de 14 jours

Vous pouvez commencer en 20 secondes

Insérez un nom de domaine valide, s'il vous plaît (www.exemple.fr).
  • La carte de crédit n'est pas requise
  • Aucune installation requise
  • Sans engagement