Comment tirer parti de la Science des Données pour le SEO

23 mars 2020
JR Oakes

Il y a beaucoup d’opérations qui prendraient des heures dans des feuilles de calcul, mais qui prennent quelques minutes en utilisant Python.

Salut JR ! Peux-tu nous parler un peu de toi ?

Je m’appelle JR Oakes. Je travaille en tant que SEO Technique chez Locomotive, une agence près de Raleigh, en Caroline du Nord. Précédemment, j’étais artiste en verre architectural, puis développeur, avant de devenir SEO. J’aime résoudre des problèmes et suis fier de ma capacité unique d’approcher les choses de manière originale.

Je lis, apprends, et teste de nouvelles choses constamment. Je suis solitaire par nature. Je n’aime pas la foule ou être le centre d’attention. Malgré cela, j’ai développé un amour pour la communauté SEO ces dernières années, en me forçant à faire des choses qui me rendent mal à l’aise. J’organise les rencontres Raleigh SEO Meetup et Beer & SEO Meetup, avec d’autres SEO incroyables habitant Raleigh.

Cette année, certains d’entre nous ont souhaité lancer une conférence SEO différente, la Findability Conference, qui se focalise plus sur la recherche derrière le fait de trouver des choses en ligne. Elle est actuellement repoussée à plus tard en 2020, en attendant d’y voir plus clair sur les suites du coronavirus.

Nous avons récemment également lancé i.codeseo.dev qui est une documentation open-source cherchant à offrir une approche au contenu SEO Technique similaire à celle de Wikipedia, ainsi que des ressources de développement pour les SEO.

Tu as récemment lancé une nouvelle initiative : iCodeSEO. Peux-tu nous expliquer l’idée derrière cela ?

Le SEO Technique a connu une grande croissance ces dernières années. Il y a beaucoup de concepts sur ce que font les SEO Techniques, mais cela évolue vers l’idée que le SEO Technique regroupe tous les SEO qui utilise les technologies et plus particulièrement la programmation pour mieux comprendre les données, avec pour but d’obtenir plus de visibilité sur les moteurs de recherche. (Russ Jones)

Je me suis intéressé à la création d’un espace qui servirait à consolider tout le code écrit pour la science des données depuis un moment. Le problème a été de tenter d’écrire une page Wikipedia sur le SEO Technique, et de ne pas trouver de sources qui seraient considérées comme faisant autorité. L’industrie du SEO est vraiment une bulle, qui s’exporte peu à part lors de larges évènements organisés par Google.

Dans quelle partie de ton travail essaies-tu de nouvelles technologies, et sur quoi travailles-tu actuellement ?

Je dirais que mon travail est divisé de manière égale entre les essais avec de nouvelles technologies, les livrables, et la formation.

La technologie change tellement rapidement, et de nouvelles possibilités se créent chaque jour. Je ne veux surtout pas être le SEO qui utilise la même check-list depuis dix ans. Mon objectif principal est de travailler sur la compréhension du langage, l’architecture de l’information, la compréhension de l’intention et le ciblage.

Par exemple, les utilisateurs peuvent écrire ou dire des centaines de milliers de requêtes uniques pour trouver votre contenu. Comment résumez-vous cette information dans des ensembles de requêtes significatifs, puis des thèmes, des intentions, et enfin des actions priorisées ?

Voici trois choses sur lesquelles je travaille actuellement, et que je trouve sympathiques :

  1. Mieux incorporer les expérimentations SEO dans les processus de CI/CD (Intégration Continue / Déploiement Continu).
  2. Utiliser les données pour optimiser l’architecture de l’information du site via l’affinage des requêtes, la structure des liens, et le comportement de l’utilisateur.
  3. Algorithmes de génération de langage et de vérification des faits.

Python est un sujet SEO très populaire sur Twitter. Qu’en penses-tu ?

J’aime Python car il me permet d’être un meilleur SEO.

Il y a beaucoup d’opérations qui prendraient des heures dans des feuilles de calcul, mais qui prennent quelques minutes en utilisant Python. J’aime l’intuitivité du langage Python. J’aime également le fait qu’il est très supporté en apprentissage automatique (machine learning) et en science des données, car cela me permet de télécharger et de tester facilement le travail de personnes incroyablement intelligentes, pour voir s’il est utile en SEO.

Il y a beaucoup de SEO qui sont fantastiques mais ne savent pas coder. Je ne suis pas un excellent rédacteur, et certainement beaucoup moins bon que certains dans l’industrie pour ce qui est du SEO Javascript, de l’internationalisation, etc.

La programmation est mon truc et cela nous donne une valeur, comme la maîtrise qu’ont Aleyda Solis et Jamie Alberico dans leurs domaines. Lorsque vous pensez à un domaine d’expertise, et qu’un nom vous vient en tête, voilà ce à quoi nous devons aspirer, et non pas au fait de savoir coder ou non.

Pour la recherche de mots clés, quelles données collectes-tu et depuis quelles sources ?

J’adore l’API Google Search Console, et j’utilise beaucoup SEMRush et Ahrefs également.

Nous utilisons du contenu scrapé et des données d’API comme Watson et Google Knowledge Graph.

J’ai aussi tendance à utiliser uniquement Screaming Frog pour obtenir des données que j’envoie ensuite dans différents notebooks. C’est très simple de lancer des regroupements de mots clés, des analyses TF-IDF et LDA, ainsi que d’autres analyses sur le document brut afin de définir les thèmes clés traités à travers de larges collections de contenus.

Quelle est la partie la plus difficile de ton travail, et pourquoi ?

J’ai tendance à vouloir toujours innover et m’améliorer. Il est parfois difficile de résister la tentation d’essayer une nouvelle approche quand quelque chose doit être fait rapidement.

Si tu devais créer une stratégie SEO pour positionner un nouveau site dans une filière concurrentielle comme la finance, quelle serait ton approche ?

Je me focaliserais sur les bases :

  1. Développer des KPI et des cadences de mesures réalistes.
  2. Forte fondation technique du site.
  3. Analyse d’audience, suivi du crawl et du comportement.
  4. Analyse de l’écart concurrentiel pour déterminer l’environnement et les priorités de croissance.
  5. Plusieurs semaines à comprendre l’architecture de l’information, la taxonomie, les tendances et les personas.
  6. Recruter des rédacteurs faisant autorité avec une forte autorité dans le sujet.
  7. Développer un process pour Cibler > Rechercher > Rédiger > Concevoir > Construire pour chaque page.
  8. Recruter un créatif pour la création des visuels et la diffusion.
  9. Planification du contenu et du développement.
  10. Développer la stratégie pour la notoriété de la marque et le caractère social.

Bien que Google ait une meilleure compréhension de l’intention de la recherche, cela n’est pas parfait. Comment penses-tu que Google va faire pour continuer à s’améliorer ?

Je pense que Google est déjà bon à ce niveau là, dans la plupart des cas.

Le plus intéressant ces deux dernières années, je pense, a été que Google a adopté une approche multimodale qui va plus loin que les publicités et les liens. Nous voyons des résultats qui répondent vraiment aux préférences de contenus comme les images, les vidéos, et le knowledge graph.

Je pense que les aspects les plus intéressants indiquent une triangulation du contenu par Google, en liant les auteurs, les marques, et l’historique de recherche au knowledge graph. Je pense que l’intention est difficile à analyser pour les moteurs de recherche, car les gens communiquent de manières étranges. Si Google peut assembler des modèles d’intérêt en explorant l’historique de recherche, aligner cela avec les auteurs, les marques ou les sujets, et afficher les résultats en fonction de l’étape de recherche ou du parcours client, cela est bien plus intéressant qu’essayer de vous indiquer ce que vous voulez dire lorsque vous tapez “ballon”.

Que doivent faire les SEO Technique pour garder une longueur d’avance ?

Je pense que la chose la plus importante que les SEO doivent faire, de manière presque universelle, est :

  1. Lire : organiser une liste de personnes qui donnent de très bonnes informations et les suivre.
  2. Tester : ne jamais lire et mettre en pratique. Toujours lire, tester, puis mettre en pratique.
  3. Se spécialiser : la technique est entrain de se fragmenter, comme le SEO. L’expertise profonde est à privilégier. La science des données, le SEO Javascript, l’attribution Big Data, la vitesse des pages, le Edge SEO, l’analyse de crawl, etc.

Quelles personnes t’inspirent à continuer à innover et à explorer ?

Je ne peux pas répondre à cette question, il y en a trop. Chaque jour, j’apprends grâce à l’industrie du SEO.

Si vous analysez mes followers Twitter, pour la plupart, ce sont des gens de qui j’apprends, avec un bon rapport signal sur bruit.

Poursuivre la lecture d’entretiens approfondis avec des spécialistes en SEO

Poursuivre la lecture d’entretiens approfondis avec des spécialistes en SEO
Steven van Vessum
Steven van Vessum

Steven est le Chef de l’expérience client dans l’entreprise ContentKing. Cela signifie qu’il s’occupe de tout lié avec les clients et avec l’inbound marketing. C’est là où il veut être. Il aime améliorer le référencement des sites web dans les moteurs de recherche et parler de l’inbound marketing.

Commencer votre essai gratuit de 14 jours

Vous pouvez commencer en 20 secondes

Insérez un nom de domaine valide, s'il vous plaît (www.exemple.fr).
  • La carte de crédit n'est pas requise
  • Aucune installation requise
  • Sans engagement